Full Online Books
BOOK CATEGORIES
Authors Authors Short Stories Short Stories Long Stories Long Stories Funny Stories Funny Stories Love Stories Love Stories Stories For Kids Stories For Kids Poems Poems Essays Essays Nonfictions Nonfictions Plays Plays Folktales Folktales Fairy Tales Fairy Tales Fables Fables Learning Kitchen Learning Kitchen
LINKS
Valid XHTML 1.0 Transitional Free Classified Website Without Registration Free Classified Website Daniel Company
Twitter Twitter Add book
donate
Full Online Book HomeNonfictionsLa Legende Des Siecles - Les Raisons Du Momotombo
Famous Authors (View All Authors)
La Legende Des Siecles - Les Raisons Du Momotombo Post by :Chris_Choi Category :Nonfictions Author :Victor Hugo Date :May 2012 Read :3852

Click below to download : La Legende Des Siecles - Les Raisons Du Momotombo (Format : PDF)

La Legende Des Siecles - Les Raisons Du Momotombo

Trouvant les tremblements de terre trop frequents,
Les rois d'Espagne ont fait baptiser les volcans
Du royaume qu'ils ont en dessous de la sphere;
Les volcans n'ont rien dit et se sont laisse faire,
Et le Momotombo lui seul n'a pas voulu.
Plus d'un pretre en surplis, par le Saint-Pere elu,
Portant le sacrement que l'Eglise administre,
L'oeil au ciel, a monte la montagne sinistre;
Beaucoup y sont alles, pas un n'est revenu.

O vieux Momotombo, colosse chauve et nu,
Qui songes pres des mers, et fais de ton cratere
Une tiare d'ombre et de flamme a la terre,
Pourquoi, lorsqu'a ton seuil terrible nous frappons,
Ne veux-tu pas du Dieu qu'on t'apporte? Reponds.

La montagne interrompt son crachement de lave,
Et le Momotombo repond d'une voix grave:

--Je n'aimais pas beaucoup le dieu qu'on a chasse.
Cet avare cachait de l'or dans un fosse;
Il mangeait de la chair humaine; ses machoires
Etaient de pourriture et de sang toutes noires;
Son antre etait un porche au farouche carreau,
Temple-sepulcre orne d'un pontife-bourreau;
Des squelettes riaient sous ses pieds; les ecuelles
Ou cet etre buvait le meurtre etaient cruelles;
Sourd, difforme, il avait des serpents au poignet;
Toujours entre ses dents un cadavre saignait;
Ce spectre noircissait le firmament sublime.
J'en grondais quelquefois au fond de mon abime.
Aussi, quand sont venus, fiers sur les flots tremblants,
Et du cote d'ou vient le jour, des hommes blancs,
Je les ai bien recus, trouvant que c'etait sage.
L'ame a certainement la couleur du visage,
Disais-je, l'homme blanc, c'est comme le ciel bleu,
Et le dieu de ceux-ci doit etre un tres bon dieu.
On ne le verra point de meurtres se repaitre.--
J'etais content; j'avais horreur de l'ancien pretre.
Mais quand j'ai vu comment travaille le nouveau,
Quand j'ai vu flamboyer, ciel juste! a mon niveau,
Cette torche lugubre, apre, jamais eteinte,
Sombre, que vous nommez l'Inquisition sainte;
Quand j'ai pu voir comment Torquemada s'y prend
Pour dissiper la nuit du sauvage ignorant,
Comment il civilise, et de quelle maniere
Le saint office enseigne et fait de la lumiere;
Quand j'ai vu dans Lima d'affreux geants d'osier,
Pleins d'enfants, petiller sur un large brasier,
Et le feu devorer la vie, et les fumees
Se tordre sur les seins des femmes allumees;
Quand je me suis senti parfois presque etouffe
Par l'acre odeur qui sort de votre auto-da-fe,
Moi qui ne brulais rien que l'ombre en ma fournaise,
J'ai pense que j'avais eu tort d'etre bien aise;
J'ai regarde de pres le dieu de l'etranger,
Et j'ai dit:--Ce n'est pas la peine de changer.

If you like this book please share to your friends :
NEXT BOOKS

La Legende Des Siecles - La Chanson Des Aventuriers De La Mer La Legende Des Siecles - La Chanson Des Aventuriers De La Mer

La Legende Des Siecles - La Chanson Des Aventuriers De La Mer
En partant du golfe d'Otrante, Nous etions trente; Mais, en arrivant a Cadiz, Nous etions dix. Tom Robin, matelot de Douvre, Au Phare nous abandonna Pour aller voir si l'on decouvre Satan, que l'archange enchaina, Quand un baillement noir entr'ouvre La gueule rouge de l'Etna. En partant du golfe d'Otrante, Nous etions trente; Mais, en arrivant a Cadiz, Nous etions dix. En Calabre, une Tarentaise Rendit fou Spitafangama; A
PREVIOUS BOOKS

La Legende Des Siecles - La Rose De L'infante La Legende Des Siecles - La Rose De L'infante

La Legende Des Siecles - La Rose De L'infante
Elle est toute petite, une duegne la garde. Elle tient a la main une rose, et regarde. Quoi? que regarde-t-elle? Elle ne sait pas. L'eau, Un bassin qu'assombrit le pin et le bouleau; Ce qu'elle a devant elle; un cygne aux ailes blanches, Le bercement des flots sous la chanson des branches, Et le profond jardin rayonnant et fleuri. Tout ce bel ange a l'air dans la neige petri. On voit un grand palais comme au fond d'une gloire, Un parc, de clairs viviers ou les biches vont boire, Et des
NEXT 10 BOOKS | PREVIOUS 10 BOOKS | RANDOM 10 BOOKS
LEAVE A COMMENT