Full Online Books
BOOK CATEGORIES
Authors Authors Short Stories Short Stories Long Stories Long Stories Funny Stories Funny Stories Love Stories Love Stories Stories For Kids Stories For Kids Poems Poems Essays Essays Nonfictions Nonfictions Plays Plays Folktales Folktales Fairy Tales Fairy Tales Fables Fables Learning Kitchen Learning Kitchen
LINKS
Valid XHTML 1.0 Transitional Free Classified Website Without Registration Free Classified Website Daniel Company
Twitter Twitter Add book
donate
Full Online Book HomeNonfictionsLa Legende Des Siecles - La Chanson Des Aventuriers De La Mer
Famous Authors (View All Authors)
La Legende Des Siecles - La Chanson Des Aventuriers De La Mer Post by :Chris_Choi Category :Nonfictions Author :Victor Hugo Date :May 2012 Read :1174

Click below to download : La Legende Des Siecles - La Chanson Des Aventuriers De La Mer (Format : PDF)

La Legende Des Siecles - La Chanson Des Aventuriers De La Mer

En partant du golfe d'Otrante,
Nous etions trente;
Mais, en arrivant a Cadiz,
Nous etions dix.

Tom Robin, matelot de Douvre,
Au Phare nous abandonna
Pour aller voir si l'on decouvre
Satan, que l'archange enchaina,
Quand un baillement noir entr'ouvre
La gueule rouge de l'Etna.

En partant du golfe d'Otrante,
Nous etions trente;
Mais, en arrivant a Cadiz,
Nous etions dix.

En Calabre, une Tarentaise
Rendit fou Spitafangama;
A Gaete, Ascagne fut aise
De rencontrer Michellema;
L'amour ouvrit la parenthese,
Le mariage la ferma.

En partant du golfe d'Otrante,
Nous etions trente;
Mais, en arrivant a Cadiz,
Nous etions dix.

A Naple, Ebid, de Macedoine,
Fut pendu; c'etait un faquin.
A Capri, l'on nous prit Antoine
Aux galeres pour un sequin!
A Malte, Ofani se fit moine
Et Gobbo se fit arlequin.

En partant du golfe d'Otrante,
Nous etions trente;
Mais, en arrivant a Cadiz,
Nous etions dix.

Autre perte. Andre, de Pavie,
Pris par les Turcs a Lipari,
Entra, sans en avoir envie,
Au serail, et, sous cet abri,
Devint vertueux pour la vie.

En partant du golfe d'Otrante,
Nous etions trente;
Mais, en arrivant a Cadiz,
Nous etions dix.

Puis, trois de nous, que rien ne gene,
Ni loi, ni dieu, ni souverain,
Allerent, pour le prince Eugene
Aussi bien que pour Mazarin,
Aider Fuentes a prendre Gene
Et d'Harcourt a prendre Turin.

En partant du golfe d'Otrante,
Nous etions trente;
Mais, en arrivant a Cadiz,
Nous etions dix.

Vers Livourne nous rencontrames
Les vingt voiles de Spinola.
Quel beau combat! Quatorze prames
Et six galeres etaient la;
Mais, bah! rien qu'au bruit de nos rames
Toute la flotte s'envola.

En partant du golfe d'Otrante,
Nous etions trente;
Mais, en arrivant a Cadiz,
Nous etions dix.

A Notre-Dame de la Garde,
Nous eumes un charmant tableau;
Lucca Diavolo par megarde
Prit sa femme a Pier'Angelo;
Sur ce, l'ange se mit en garde,
Et jeta le diable dans l'eau.

En partant du golfe d'Otrante,
Nous etions trente;
Mais, en arrivant a Cadiz,
Nous etions dix.

A Palma, pour suivre Pescaire,
Huit nous quitterent tour a tour;
Mais cela ne nous troubla guere;
On ne s'arreta pas un jour.
Devant Alger on fit la guerre,
A Gibraltar on fit l'amour.

En partant du golfe d'Otrante,
Nous etions trente;
Mais, en arrivant a Cadiz,
Nous etions dix.

A nous dix, nous primes la ville;
--Et le roi lui meme!--Apres quoi,
Maitres du port, maitre de l'ile,
Ne sachant qu'en faire, ma foi,
D'une maniere tres civile,
Nous rendimes la ville au roi.

En partant du golfe d'Otrante,
Nous etions trente;
Mais, en arrivant a Cadiz,
Nous etions dix.

On fit ducs et grands de Castille
Mes neuf compagnons de bonheur,
Qui s'en allerent a Seville
Epouser des dames d'honneur.
Le roi me dit: '--Veux-tu ma fille?'
Et je lui dis: '--Merci, seigneur!'

En partant du golfe d'Otrante,
Nous etions trente;
Mais, en arrivant a Cadiz,
Nous etions dix.

'J'ai, la-bas, ou des flots sans nombre
Mugissent dans les nuits d'hiver,
Ma belle farouche a l'oeil sombre,
Au sourire charmant et fier,
Qui, tous les soirs, chantant dans l'ombre,
Vient m'attendre au bord de la mer.

En partant du golfe d'Otrante,
Nous etions trente;
Mais, en arrivant a Cadiz,
Nous etions dix.

'J'ai ma Faenzette a Fiesone.
C'est la que mon coeur est reste.
Le vent fraichit, la mer frissonne,
Je m'en retourne en verite!
O roi! ta fille a la couronne,
Mais Faenzette a la beaute!'

En partant du golfe d'Otrante,
Nous etions trente;
Mais, en arrivant a Cadiz,
Nous etions dix.

If you like this book please share to your friends :
NEXT BOOKS

La Legende Des Siecles - Apres La Bataille La Legende Des Siecles - Apres La Bataille

La Legende Des Siecles - Apres La Bataille
Mon pere, ce heros au sourire si doux, Suivi d'un seul housard qu'il aimait entre tous Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille, Parcourait a cheval, le soir d'une bataille, Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit. Il lui sembla dans l'ombre entendre un faible bruit. C'etait un Espagnol de l'armee en deroute Qui se trainait sanglant sur le bord de la route, Ralant, brise, livide, et mort plus qu'a moitie, Et qui disait:--A boire, a boire par pitie!-- Mon pere, emu, tendit a son housard
PREVIOUS BOOKS

La Legende Des Siecles - Les Raisons Du Momotombo La Legende Des Siecles - Les Raisons Du Momotombo

La Legende Des Siecles - Les Raisons Du Momotombo
Trouvant les tremblements de terre trop frequents, Les rois d'Espagne ont fait baptiser les volcans Du royaume qu'ils ont en dessous de la sphere; Les volcans n'ont rien dit et se sont laisse faire, Et le Momotombo lui seul n'a pas voulu. Plus d'un pretre en surplis, par le Saint-Pere elu, Portant le sacrement que l'Eglise administre, L'oeil au ciel, a monte la montagne sinistre; Beaucoup y sont alles, pas un n'est revenu. O vieux Momotombo, colosse chauve et nu, Qui songes pres des mers, et fais de ton cratere
NEXT 10 BOOKS | PREVIOUS 10 BOOKS | RANDOM 10 BOOKS
LEAVE A COMMENT